nanocloud test synaltic r&d

Alors que la plupart des outils de business intelligence (ETL, reporting, OLAP) sont disponibles en mode clients lourds, l’avènement des interfaces web et du cloud va bientôt changer la donne ! L’équipe R&D de Synaltic a eu la chance de tester NanoCloud, une solution qui repose sur des briques open source et qui transforme les applications traditionnelles en solutions Saas, en les propulsant dans le cloud.

L’informatique a connu un développement fulgurant et n’est pas prêt de s’arrêter. Cependant, les solutions de business intelligence, d’ETL, de reporting ou d’OLAP demeurent encore en grande partie des clients « lourds », c’est-à-dire qu’elles s’exécutent depuis le bureau de notre poste de travail, Windows, Mac ou Linux.

Mais l’avènement du web bouleverse tout ! Aujourd’hui, dans l’entreprise, tous les employés, ou presque, connaissent les interfaces web. Ouvrir un navigateur pour accéder à ses applications est devenu un geste courant : lire ses emails, gérer son CRM ou encore analyser les derniers chiffres de son activité, tout ou presque, se passe en ligne. Pour les services d’exploitation informatique, dès le début, la facilité de déploiement et de maintenance de ce type d’architecture avait permis l’adoption massive des applications web. C’est ainsi qu’une solution telle que Salesforce a su attirer toujours plus de clients.

Il est certain que les organisations et leur management évoluent. Le développement du travail à distance, entre autres, complexifie le déploiement de solutions sur chaque poste.

Il serait tellement plus simple que les utilisateurs puissent toujours accéder aux applications depuis leur navigateur et ce, quand bien même ladite application est en client lourd ! Comme le fait Citrix avec ses solutions, par exemple.

Le Cloud change la donne

Aujourd’hui, le cloud change la donne. Ainsi, en plus de cette facilité d’accès depuis le navigateur partout et tout le temps, les DSI souhaitent garantir la tolérance à la panne, l’élasticité des ressources en fonction de la fluctuation du nombre d’utilisateurs et sans oublier, bien sûr, la sécurité.

Synaltic réalise de nombreux projets qui mêlent ETL, outil OLAP, solutions de reporting et solution de data visualisation. Si la plupart des interfaces utilisateurs (finaux) offertes par ces briques sont de type web, celles dédiées aux développeurs ETL et aux analystes qui élaborent les tableaux de bord sont plutôt de types client lourd.

Nous aussi, nous voudrions fluidifier l’accès aux outils de développement, avoir la possibilité de les exécuter depuis un navigateur, avoir la possibilité de déployer qu’une fois ! Et nous rajouterions même une contrainte : avoir la possibilité, en cas de manque de ressources sur nos infrastructures, de déborder sur un cloud public !

Aujourd’hui tout ceci est possible grâce à NanoCloud.

 

Le slogan de NanoCloud étant assez prometteur – Nanocloud transforme vos applications traditionnelles en solutions SaaS, en les propulsant dans le Cloud -, notre cellule R&D a donc décidé de tester cette solution !

Débuter avec des nouvelles technologies n’est jamais chose simple mais NanoCloud est facile à installer. L’évaluation n’en est que plus simple. Par ailleurs, c’est une solution qui repose sur des briques open source, et dont le cœur est ouvert (Afero GPL V.3), chose que nous apprécions particulièrement ici !

La SynalTeam teste Nanocloud

Pour notre test, nous avons pris l’exemple de la construction de tableaux de bord, avec Tableau, solution d’analyses visuelles de données. Dans ce cas précis, nos analystes n’ont plus besoin d’avoir un poste spécifique pour bâtir leurs tableaux de bord. Ils ou elles n’ont plus qu’à se connecter, s’authentifier et au moyen d’un navigateur, lancer Tableau Desktop, qui démarre directement dans leur navigateur ! Leurs analyses, quant à elles, sont poussées vers Tableau Server comme d’habitude.

Cela signifie aussi, en termes de ressources machines, qu’accéder à son poste de travail ne nécessite plus une « bête de course » et peut permettre de réduire les budgets IT en équipement, ou allonger la durée d’amortissement des machines !

Et même, pour poursuivre dans les aspects matériels, il n’y a plus besoin de pré-requis logiciels et d’environnements parfois complexes à maintenir sur chaque poste : finies les versions différentes de JVM (Java Virtual Machine) pour permettre de faire fonctionner telle ou telle application !

L’autre grand intérêt d’un tel déploiement réside également dans le fait que Tableau Desktop est alors accessible tout le temps. L’utilisateur peut ainsi fermer son navigateur sans craindre que son travail soit perdu. Il peut alors le reprendre à tout moment, depuis les locaux de son organisation, en déplacement, chez un client…

NanoCloud permet également de développer la collaboration : L’analyste peut assez aisément partager ses avancées à distance, tant avec ses collaborateurs, qu’avec les clients pour qui il ou elle travaille.

NanoCloud a beaucoup intéressé notre équipe, par les nouvelles approches en matière de déploiement qu’il propose et le fait de bénéficier du cloud, même quand le fonctionnement normal d’une application s’opère depuis le bureau du poste de travail. Ses avantages sont nombreux et NanoCloud mérite vraiment que l’on s’y intéresse, notamment lorsque l’on envisage une politique de transformation digitale au sein de son organisation.

 

 

Charly Clairmont

Enregistrer

Enregistrer