generation data synaltic big data paris 2018 stand trifacta

A l’occasion du Salon Big Data Paris, nous sommes allé à la rencontre des femmes et des hommes de la #GENERATIONDATA. Nous leur avons demandé ce qu’ils avaient pensé de cette édition 2018 de cet événement devenu incontournable tant pour les éditeurs que les intégrateurs.

 

 

Qu’avez-vous retenu de cette édition 2018 de Big Data Paris ?

« Je vois beaucoup d’innovation, je vois beaucoup de collaboration, je vois beaucoup d’ouverture d’esprit aussi, c’est une autre mentalité. Aujourd’hui c’est très intéressant de voir ce côté marketing, ce côté technique, ce côté informatique, il y a tout un univers en fait qui se réunit dans un seul salon c’est très très intéressant. Surtout en fait, qui vulgarisent aussi, ce monde de la data. »

Lorena Aguiar, Etudiante Master Big Data.

 

« Du coup, c’est vraiment l’occasion un peu annuelle, pour moi et toute mon équipe aussi qui est sur place, pour pouvoir se former, être au courant de l’actualité, de savoir ce que d’autres secteurs font. C’est vraiment un bel événement qui est parfois un peu moins technique que ce qu’on aurait souhaité mais qui est toujours un événement, un beau salon sur Paris en tout cas. »

René Harig, Allianz.

 

« Le nombre d’exposants qu’il y a aujourd’hui sur le salon et à quel point il y a du passage, il y a nombre de personnes différentes qui s’intéressent à ces métiers là, finalement, c’est peut-être ça qui m’a le plus impressionné : l’ampleur que ça a pris aujourd’hui. »

Tristan Guillevin, Actinvision.

 

« C’était la diversité des solutions, toutes les capacités que l’on pouvait avoir et en même temps, dans la forme où c’était présenté ; c’est-à-dire qu’il y a des gros intégrateurs qui font des, j’ai pas envie de dire des usines, mais qui font des choses, des solutions très complètes, des plateformes entières, des spécialistes qui poussent un peu plus le côté data-science…beaucoup de solutions, beaucoup de choses, un univers très complet, un écosystème que je découvre et qui m’intéresse beaucoup. »

Balthazar Vialley, Etudiant HEC.