data géant à la conférence tableau 2018

Pour certains c’était la première fois, pour d’autres, un (presque) retour au bercail…les 4 et 5 juillet dernier, c’était la Tableau Conférence Europe 2018. La délégation Synalticienne présente cette année était composée de trois personnes : Franck « Chicken » Nguyen, expert es Tableau, Nelson « Super C » Pinto-Moreira, représentant des Sales de la #SynalTeam et Hélène « Mamie » Trouvé, community manager. Dans nos bagages, Thomas Michez et Clément Darieu, représentant notre client OFI Asset Management, venus s’imprégner de l’ambiance « TC » pour la première fois mais aussi s’abreuver d’informations sur cette technologie qu’ils utilisent au quotidien.

Si vous ne connaissez pas le concept (mais nous en doutons) la Conférence Tableau c’est trois jours intenses autour de la dataviz avec des trainings, des certifications, des keynotes, des « breakout sessions », des « hands-on sessions », des démos, des Tableau Doctors, des partenaires de toute l’Europe, des tables-rondes et une bonne grosse fiesta au milieu histoire de rassembler les peuples autour d’autres intérêts que l’analyse de données.

Oui, c’est plutôt intense. Mais ça vaut le détour. Et on vous raconte ça dans ce premier article « débrief ».

Keynote Tableau Vision

Après une soirée mouvementée (avion, victoire de l’Angleterre face à la Colombie, carte au trésor pour récupérer les clés du AirBnB, pizza, meilleur brownie du monde et téléphérique au dessus de la Tamise), nous voilà de bon matin à l’ExCeL London ! Avant cela, il nous a quand même fallu braver les 2 km de couloirs dignes d’un aéroport emplis de snacks inanimés. A peine le temps de se sustenter d’un petit déjeuner (j’ai quand même pu avoir un smoothie, sinon j’aurais crié au scandale) que la première Keynote s’apprête à démarrer.

 

excel centre london tableau conference europe

 

Comme toujours, la première keynote n’est clairement pas celle où ils vont mettre le paquet. Au programme un petit rappel sur pourquoi Tableau c’est génial, une intervention de Clive Benford (Head of Analytics chez Jaguar Land Rover) nous présentant comment Tableau est arrivé et s’est développé au sein du groupe. Puis, une clarification suivie d’une démo sur le nouveau système de licensing (Creator, Explorer, Viewer).

Repackaging de l’offre Tableau

Autrefois divisé entre Tableau Desktop, Server et Online, Tableau a choisi de repackager son offre pour mieux coller aux besoins de ses utilisateurs expliquait James Eiloart, Vice Président Senior de Tableau EMEA, durant cette keynote. Aujourd’hui, les utilisateurs auront donc le choix entre trois différents modes pour utiliser Tableau.

  • Tableau Creator regroupe Tableau Desktop, Tableau Prep et Tableau Server ou Online. Cette licence convient pour les utilisateurs plus « techniques » qui ont envie de mettre les mains dans le cambouis, de créer des dashboards, d’administrer des Servers…
  • Tableau Explorer (qui comprend une licence Explorer pour Tableau Server) est plus orienté utilisateurs « métiers », qui peuvent avoir envie de consulter des dashboards mais aussi d’explorer les données qui sont sur leur Server pour répondre aux questions qu’ils se posent par eux même.
  • Tableau Viewer est quant à lui plus adapté pour les utilisateurs qui souhaitent seulement consulter les dashboards et s’y abonner, que ce soit sur mobile ou desktop.

Jusque-là, rien de bien folichon, admettons-le. Bon qui dit keynote, dit quand même teasing (un minimum quand même). Première annonce, Tableau poursuit son expansion dans l’enseignement avec un partenariat à l’essai avec Arch Apprentices. On voit clair dans le jeu de l’éditeur américain : rendre Tableau accessible au plus grand nombre pour faire rayonner son produit ! Pas fou, vous me direz, où comme dirait notre Poulidor de la Dataviz A.K.A Jonathan « Trash » Trajkovic  « ON S’EN FOUUUUUT ».  Par contre, si je vous dis qu’on pourra très prochainement se connecter à MySQL, PostgreSQL ou Excel (et bien d’autres à venir) depuis Tableau Server au travers d’un navigateur, vous trouvez toujours pas ça dingue ? Alors pour les millions de lecteurs qui nous suivent assidûment, il ne s’agit pas véritablement d’un mystère, on vous l’a dit et répété depuis plusieurs années déjà : les fonctionnalités d’édition et de développement de Tableau Server tendent à rattraper le Desktop. Et effectivement, l’une des grosses features manquante à ce sujet était la connexion aux données, ce qui sera bientôt possible. On comprend désormais où Tableau veut en venir avec ce nouveau système de licences (préparez vous à acheter des Explorer !).

Après la keynote du matin, chacun s’en est allé écouter les breakout sessions qui l’intéressaient et cette année, une salle était même dédiée aux présentations en français (nous en évoquerons certaines dans un prochain article, #teasing).

Keynote Devs On Stage

Après un repas léger inexistant, la SynalTeam (et bien d’autres) sont sur les dents pour cette nouvelle keynote (heureusement il reste des smoothies) et ça tombe bien, les vraies annonces, c’est maintenant ! Si vous avez suivi nos articles précédents sur Tableau 2018.2 et les extensions, vous vous doutez un peu de ce qui va suivre. Mais avant tout parlons de Tableau Prep !

On vous en parlait l’année dernière, et on vous en a reparlé cette année, Tableau s’est lancé dans la préparation de données. Des débuts qui sont pour le moment mitigés. On a donc eu le droit à une nouvelle démo présentant des évolutions en termes d’interface, d’expérience et de fonctionnalités mais rien de vraiment neuf. En revanche, l’éditeur dévoile clairement sa stratégie à venir : mettre les bouchées doubles (contrairement au repas du midi) sur ce nouvel outil avec une nouvelle release chaque mois ! Vous inquiétez pas, nous restons à l’affut (comme pour l’approvisionnement du buffet) pour vous tenir au courant dans les plus brefs délais des évolutions de l’outil.

Mais qu’en est-t-il du Desktop ? Outre les features que nous évoquerons plus en détail dans un article sur Tableau 2018.2 (fonds transparents, amélioration des outils de formatage, intersection spatiale…), on aura le droit à un nouveau type d’action : les actions « Sets » qui sera probablement traduit en action « d’ensembles ». Quézako ? L’objectif est de comparer les valeurs d’une sélection aux valeurs de l’ensemble du jeu de données. Un petit exemple : Que représentent les ventes du Portugal et de L’Espagne par rapport au total des ventes européennes sur les différentes sous-catégories de produits ?

 

Actions Sets nouveauté tableau 2018

 

 

Autre annonce qui m’a particulièrement fait plaisir en tant que géographe de formation l’arrivée d’un nouveau type de repère permettant ENFIN (ça fait quand même 3 ans que ça n’a pas trop bougé de ce point de vu là) de diversifier un peu plus nos visualisations (et accessoirement d’éviter de se retrouver avec des cartes de points illisibles) : le repère « densité » :

 

Tableau repère densité carte de chaleur

 

Qui permet de passer de ça :

 

tableau points sur une carte illisible

 

A ça :

 

tableau marqueur densité carte de chaleur heatmap

 

Et comme vous vous en doutez, ce n’est pas la seule utilité qu’on va pouvoir trouver à ce nouveau type de repère. Observez donc :

 

tableau marqueur densité exemple

 

Ah, et s’il y a un ou deux géomaticiens qui passent dans le coin par hasard, sachez que vous pourrez très bientôt vous connecter au TopoJSON et aux Geodatabase d’ESRI en plus des bases Geospatiale de SQL Server.

Bon, ça c’était pour vous mettre en appétit, passons au plat de résistance, la plus grosse et la plus révolutionnaire des annonces concernant Tableau : LES CALENDRIERS ISO, ENFIN ! ENFIN LA SEMAINE COMMENCE LE LUNDI (non sans déconner en plus, ça faisait parti de l’annonce). Bref, on vous en a déjà parlé ici et là, les dashboard extensions sont littéralement LA nouvelle feature qui va bouleverser le game, et on vous en parle… Dans un autre article !

 

 

 

Franck Nguyen
Hélène Trouvé